Personnes ayant subit "l’Étrange"

 

Le lecteur :

apparition

........................ A

 

 

George Adamski (1891-1965) - En 1952, il affirmait être entré en contact avec des extraterrestres. Ce témoignage de rencontre du 3ème type- le premier en date- fit grand bruit. A coups de livres et de photos, Adamski devint rapidement riche et célèbre. Mais de nos jours, beaucoup d’ufologues crient à l’imposture…


Cornélius Agrippa - Médecin, philosophe et alchimiste du commencement du XVIe siècle. Fut surnommé le Trismégiste à cause de sa science réputée, mais les démonologues du temps le comparaient au hibou à cause de sa laideur magique et l’accusaient d’être « ensorcelé de la plus fine et exécrable sorcellerie ». Il était, à la fin de sa vie, accompagné d’un chien noir, qui, disait-on, était un diable déguisé.


Betty Andreasson - Le soir brumeux du 25 janvier 1967, Betty était chez elle avec ses sept enfants et ses parents, venus pour l’aider alors que son mari se remettait d’un accident de voiture. Vers 19h, les lumières de la maison déclinèrent. Betty vit briller une lumière rose par la fenêtre de la cuisine. Son père aperçu de petites créatures, « tout à fait comme des monstres de Halloween », dans la cour ; l’une d’elles le regarda et il se sentit « tout drôle ». Puis les lumières revinrent. Les siens étaient pétrifiés dans une sorte de transe, mais Betty vit quatre êtres hauts de 1,20 m entrer dans la maison en passant à travers la porte fermée. Ces êtres étaient des « gris » typiques, vêtus d’uniformes moulants de couleur bleue. Betty ne se souvient de rien de plus au sujet de cet événement avant d’entreprendre une régression sous hypnose au début de l’année 1977.


Kenneth Arnold (1915-1984) - Né dans le Minnesota ( USA ) en 1915, K. Arnold désirait faire une carrière dans le football américain, mais une blessure au genou mit fin à ses espoirs. Après avoir obtenu son diplôme universitaire, il créa à Boise ( Idaho ) sa propre affaire de conception et de commercialisation d’équipements de lutte contre l’incendie. Il passa son brevet de pilote afin d’effectuer ses voyages d’affaires dans tout le nord-ouest des Etats-Unis. Outre sa célèbre observation au-dessus de la chaîne des Cascades, Arnold aperçut des ovnis à une seconde reprise et enquêta sur plusieurs autres observations. On lui a ainsi attribué le titre de premier ufologue du monde. Avec Ray Palmer, futur rédacteur en chef du magazine à sensation Fate, il publia en 1952 The Coming of the Saucers. En 1977, il fut l’invité d’honneur d’un congrès d’ufologues à l’occasion du trentième anniversaire de son observation au mont Rainier. Mais malgré sa célébrité, il préféra garder ses distances avec le milieu ufologique. Curieusement, il ne se rallia jamais à l’hypothèse des vaisseaux extraterrestres ; à ses yeux, les ovnis étaient des créatures vivantes évoluant dans l’atmosphère terrestre. Il mourut en 1984.


Didier Audinot (1956-2011) - Didier Audinot est décédé le 6 juin 2011, à l'âge de 55 ans.Historien de formation, archéologue, il était considéré comme l’un des plus grands spécialistes français des phénomènes de l'étrange et des énigmes de l'Histoire.

Homme de radio, il fut aussi pendant trois ans chroniqueur sur les ondes de Europe 1 (2000- 2003). Il est en outre directeur de publication des revues Trésors et Détections ainsi que Trésors de l’Histoire. Didier Audinot laisse derrière lui une vingtaine d'ouvrages de référence. Il s’était notamment intéressé aux auto-stoppeurs fantômes et aux dames blanches suite au fait qu’un membre de sa famille fut témoin d’une telle manifestation.

En mai 2011, Didier Audinot répondait aux questions de la rédaction de besoindesavoir.com à l'occasion de la signature de son dernier ouvrage « Récits étranges de l'Histoire ».


 

........................ B

 

 

Jacques Bergier - Jacques Bergier, né le 8 août 1912 à Odessa (Ukraine) et décédé le 23 novembre 1978 à Paris d'une hémorragie cérébrale, est un ingénieur chimiste, alchimiste, espion, journaliste et écrivain de nationalité française et polonaise. Salué dans la francophonie pour la grande diversité de ses connaissances et ses nombreux ouvrages, il a largement contribué à la promotion des pseudo-sciences en France, notamment avec Le Matin des magiciens, écrit en collaboration avec Louis Pauwels. En 1961, toujours avec Louis Pauwels (et François Richaudeau), il crée la revue Planète, à laquelle participeront ses grands amis Aimé Michel, Charles Noel Martin, Remy Chauvin et George Langelaan. Ces travaux sont un mélange entre des éléments réellement scientifiques, des éléments qui relèvent plutôt de la science-fiction, et d'autres de l'occultisme. Si le courant issu du Matin des Magiciens relève clairement de la pseudo-science, on ne peut être que fasciné par la créativité de Louis Pauwels et Jacques Bergier. Avec son vieux complice Georges H. Gallet, lui aussi grand collectionneur de pulps, il codirige plusieurs collections chez Albin Michel de 1970 à 1975, dont la collection Science-fiction de l'éditeur. À travers ses écrits, Jacques Bergier a émis plusieurs théories liées à des domaines généralement exclus par la science officielle : phénomènes paranormaux, alchimie, civilisations disparues, OVNI, etc. Pour lui, le cerveau humain dispose de pouvoirs quasi-illimités, et l'humanité a établi des contacts avec des extra-terrestres, notamment par l'intermédiaire d'anciennes civilisations disparues. Dans Les livres maudits, Bergier dit avoir vu à toutes les conférences consacrées à Planète « un groupe d'hommes en noir à l'aspect sinistre, toujours les mêmes », dont le rôle serait « d'empêcher une diffusion trop rapide et trop étendue du savoir ». Il fait remonter l'existence de cette conspiration à la plus haute Antiquité, leur attribuant notamment la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie. Jacques Bergier maîtrisait 14 langues modernes et anciennes, dont l'araméen... mais avouait ne pouvoir retenir le finnois. Sur sa carte de visite, il se présentait comme « Amateur d'insolite et scribe des miracles ». Sa mémoire eidétique lui permettait une capacité de lecture surprenante, atteignant parfois dix livres par jour, au mieux de sa forme physique jusqu'au début des années 1970[7]. Elle lui permit aussi d'assurer de 1977 à 1978 le rôle de L'Incollable dans l'émission-jeu télévisée de RTL TV du même nom présentée par l'animateur Fabrice. Il répondait de la sorte aux questions de Maître Jacques Chaussard, lorsque les trois célébrités francophones invitées faisaient des erreurs. Bergier avoua lui-même présenter « de grandes lacunes » mais « uniquement en sport et en politique locale ». À son décès, l'émission se maintint encore durant quelques semaines, désormais simplement avec des colles sur la vie quotidienne. Jacques Bergier apparaît dessiné par Hergé dans l'album de Tintin Vol 714 pour Sydney (il est personnifié par Mik Ezdanitoff, de la revue Comète), et par Franquin dans l'album le Voyageur du mésozoïque. Il est aussi l'un des personnages centraux du roman de François Darnaudet, le Papyrus de Venise, publié en 2006. En 2002 a été créé le « prix Jacques Bergier » qui récompense des ouvrages de science-fiction et de fantastique.


Edouard Brasey - Edouard Brasey est un écrivain et conteur français, né en 1954 à Marseille. Diplômé de l'ESSEC, droit, Sciences Po et titulaire d'un DEA de cinéma, il a tout d'abord été journaliste à Lire et l'Expansion avant de se consacrer totalement à l'écriture et au conte. Auteur de plus de trente ouvrages, il est aujourd'hui l'un des spécialistes reconnus du monde merveilleux de la féerie, des contes, des légendes et de la fantasy. Ses livres sont traduits en anglais, espagnol, italien, portugais et japonais.


François Brune - est l’un des spécialistes français de la transcommunication instrumentale, capacité de certaines personnes à communiquer avec les morts avec l’aide d’outils techniques modernes : TV, téléphone, magnétophone… Cet intérêt pour un sujet si rarement abordé par l’Eglise lui est venu très tôt, au séminaire des Carmes où il suivait des études de philosophie et de théologie. C’est donc dans cet univers religieux qu’il a commencé à se consacrer aux phénomènes paranormaux. Enfant, le père Brune était certes sensible aux contes et légendes mais, cette fois, il s’agissait bel et bien de réalité. Depuis 20 ans il donne des conférences dans le monde entier. Il a écrit un best-seller Les morts nous parlent et En direct de l’au-delà, co-écrit avec le professeur Rémy Chauvin, biologiste de réputation mondiale, aujourd’hui décédé. Le père Brune pense que la Science et la Foi peuvent se servir mutuellement.


Marie-Thérèse de Brosses - Ecrivain et grand reporter à Paris Match, elle a sillonnée la planète à la recherche des vérités qui dérangent et dessinent les nouvelles frontières du réel. Elle est l’auteur de- Enquête sur les enlèvements extraterrestres en 1996 chez J’ai Lu. Elle a rencontré Linda Cortile en 1991, bien avant la médiatisation de son enlèvement à bord d’un ovni en novembre 1989 et soutient l’authenticité de son récit incroyable.


 

........................ C

 

 

Edgar Cayce (1878-1945) - Né dans le Kentucky, Edgar était un petit garçon étrange qui jouait avec des enfants fantômes que personne d’autre ne pouvait voir. Il voyait aussi son grand-père mort et lui parlait. A l’âge de 12 ans, il avait déjà lu douze fois la Bible en entier. Un an plus tard, il disait avoir reçu la visite d’un ange qui lui avait demandé ce qu’il désirait le plus au monde. Il lui avait répondu qu’il voulait aider les gens et plus particulièrement les enfants malades. Elève médiocre, Edgar apprenait difficilement. Un jour où il devait réviser son orthographe et où il n’arrivait pas à retenir les mots, une voix intérieure lui conseilla de poser la tête sur son livre et de se reposer. Il obéit et s’endormit rapidement. Quand il se réveilla, il était capable d’épeler tous les mots du livre et de visualiser n’importe quelle page sur demande. Bien qu’il n’ait pas fait de longues études ( il quitta l’école à 16 ans ), Cayce avait la passion de la lecture et fut, à ses débuts, employé dans une librairie. Mais quand sa carrière de guérisseur démarra, il se consacra entièrement aux malades. Bien que fervent chrétien, Cayce créa en quelque sorte sa propre philosophie occulte, en associant des éléments de théosophie, de christianisme et d’égyptologie. Marié et père de deux enfants, il était considéré à sa mort comme l’un des plus grands guérisseurs de tous les temps.


Howard Carter (1874-1939) -  Howard Carter, né à Kensington (Londres) le 9 mai 1874 et mort à Londres le 2 mars 1939, est un archéologue et égyptologue britannique. Il enchaîne sur le temple funéraire de Montouhotep II à Deir el-Bahari. Le jeune homme britannique est aussitôt charmé par l'Égypte et il se passionne pour les fouilles. Début 1905, un groupe de Français fortunés pénètrent de force dans le Sérapéum et, ne voyant rien à cause de l'obscurité des lieux, réclament qu'on leur rembourse leurs billets d'entrée. Carter oppose un refus justifié, mais la discussion se transforme en bagarre. Les visiteurs portent plainte et Carter, refusant de s'excuser, démissionne du Service des Antiquités et retourne pour un temps à ses pinceaux. Lord Carnarvon, souffrant de la poitrine à la suite d'un accident de voiture et devant éviter le climat humide du Royaume-Uni, fouille depuis deux ans en amateur, sans grand succès. Il désire s'adjoindre les conseils d'un véritable homme de terrain. Maspero, qui regrette d'avoir dû se séparer de Carter, le présente à l'aristocrate britannique. Les deux Britanniques explorent la nécropole thébaine, sans résultat significatif. À partir de 1912, ils travaillent dans le delta du Nil, qu'ils doivent abandonner après une invasion de cobras. En 1915, ils reprennent la concession de Theodore Monroe Davis, qui est persuadé que la vallée des rois avait livré tous ses secrets. Après que l'équipe eut exhumé des jarres et des sceaux au nom de Toutânkhamon, Carter recherche sa tombe, près du soubassement rocheux de la vallée, où il suppose qu'elle se trouve. En 1922, les maigres découvertes alourdissent les dépenses que doit supporter lord Carnarvon, celui-ci annonce son intention d'arrêter. Carter demande de poursuivre une année de plus ; il affirme qu'il assumera le coût de cette année supplémentaire. Lord Carnarvon accepte de repartir pour un an, et consent à financer cette dernière campagne. Ses recherches au bas de la vallée restant infructueuses, Carter s'intéresse à un périmètre dont il constate que nul ne l'a jamais prospecté. Le 1er novembre 1922, les fouilles commencent à l'endroit même où se trouvaient les huttes des ouvriers de Davis lorsqu'il découvre la tombe de Ramsès IV. Carnarvon est au Royaume-Uni, lorsque, le 4 novembre 1922 à l'aube, on dégage une marche, puis d'autres. Le soir, Carter se tient devant une porte, portant le sceau d'Anubis annonçant qu'il se trouve devant la tombe d'un grand personnage. L'ouverture de cette porte est réalisée le 25 novembre, donnant accès à un couloir de 7,60 mètres de long creusé dans la roche et rempli de gravats. Howard Carter constate plusieurs traces de passage, ce qui lui fait croire que la tombe a elle aussi été pillée. La véritable ouverture de la tombe a lieu le 29 novembre. Carter et son équipe sont sous le choc. La pièce qui se révèle à eux regorge d'un nombre inimaginable d'objets. Il y a là des conserves funéraires, des bouquets de fleurs, un trône doré, des grands lits en forme d'animaux, des chars démontés, des vases en albâtre. Cette première salle mesure environ huit mètres de long sur 3,60 mètres de large avec des murs recouverts de plâtre blanc.


Jean-Claude Carton - Jean-Claude Carton est animateur et producteur radio depuis 1985. Après plusieurs années consacrées à la chanson (il fut au Top 50 dans les années 1970) il crée, en 1985, une radio régionale dans le département du Gers. Cette radio est baptisée A.N.T.I.G.E.L. Jean-Claude Carton réalise des émissions en direct total comme Les cinglés du musette et ce pendant cinq ou six heures non stop ; le principe consistant à recevoir des orchestres de bals qui jouent le répertoire à la demande téléphonique des auditeurs. Une autre émission à son actif Les recettes des chefs parle de cuisine. Il reçoit Charles Aznavour, Arletty, Charles Trenet, Jean Marais, Sœur Emmanuelle ou encore l'Abbé Pierre. Chaque jour, il anime 14 - 18 C'est pas la guerre. En 1988, il anime 40 heures non stop sur Radio Arverne à Clermont-Ferrand en réaction contre le Téléthon. Il quitte le Gers pour Paris. En 1991, il découvre Radio Ici & Maintenant ! (RIM), fondée en 1980 par Didier de Plaige, Gérard Lemaire et Guy Skornik, qu'il rejoint en juillet. Animateur, il aborde tous les domaines radiophoniques. Il quitte RIM en 1996 lors de l'interdiction de la radio par le CSA, alors présidé par Hervé Bourges. La bataille RIM / CSA va durer quatre ans et demi, et ce malgré l'invalidation de l'interdiction par le conseil d'État. En 2002, RIM retrouve une demi fréquence (95.2 FM en Île-de-France). La radio émet 24h/24 sur Internet. Jean-Claude Carton lance une émission quotidienne (7 jours sur 7, 17h30-19h) Santé et Spiritualité. Lors de chaque émission il invite une personne à exposer sa méthode (médecine alternative, voyance, astrologie). Trois fois par émission une page promotionnelle, permet aux auditeurs de contacter l'invité. Dans la même année, il produit et anime Plus prés des Étoiles chaque vendredi de 23h00 à 6h00 où il aborde divers sujets : parapsychologie, paranormal, témoignages auto-biographiques, études des religions. Jean-Claude Carton s'entretient avec son invité pendant environ 100 minutes et laisse les auditeurs prendre le relais via leurs appels téléphoniques. Il lance en 2005 une émission de nuit Les énigmes de RIM.


 Henri Chaloupek (1923-2011) - Henri Chaloupek s'est intéressé au phénomène ovni par un article sur le cas Kenneth Arnold. Son intérêt et celui d'autres personnes, aboutiront à la création de la commission OURANOS. Il rejoindra ensuite le GEPA nouvellement créé.Dans la presse, fin juin 1947, il a 24 ans,il tombe sur un article dans le journal, qui évoque le cas de Kenneth Arnold. Cette affaire l'intrigue, d'autres cas important vont suivre, (Mantel, DC3 d'Eastern Airlines) il commence alors à se passionner pour ce phénomène qu'il ne comprend pas. C'est dans un petit appartement que se sont réunis quelques passionnés par les premières apparitions de " Soucoupes Volantes ", vers 1951. La réunion déboucha sur la création de la commission OURANOS. Henri Chaloupek en faisait parti. Il ne cessa ses activités dans ce domaine, assurant durant les années 56 à 63 des réunions régulières sur Paris, sur le phénomène des " soucoupes volantes", comme on les appelait à cette époque. Il était aussi l'ami d'Alfred Nahon et c'est dans le Courrier Interplanétaire qu'Alfred Nahon dirigeait, qu'il publia sa première et unique observation d'un ovni qu'il observa à partir de son domicile proche du Parc des Expositions, le 8 juin 1952 à 15 h 00. Dès la création du GEPA, il rejoint ce mouvement, contribuant durant des décennies à la diffusion d'informations provenant des pays de l'Est, lors des réunions du GEPA et dans la revue Phénomènes Spatiaux. Il était l'ami de Raymond Veillith, de Joël Mesnard et publiera aussi des informations dans cette revue. Dès le début des années 1990, constatant qu'il existe peu d'information sur les débuts de l'ufologie, il décide d'écrire ses mémoires d'ufologue. Il a une riche documentation, de vieilles photos, il souhaite les faire partager. En 1994, il finance l'édition d'un petit ouvrage intitulé : "Les débuts de l'ufologie en France. Souvenirs d'un soucoupiste". On pourra y lire comment le mouvement ufologique Français est né, pratiquement le seul document aussi précis qui nous permet de découvrir l'ambiance qui régnait dans ce domaine fin des années 40,  durant les années 50 et les décennies qui suivirent. Il participe aux réunions des Repas Ufologiques, au moment ou ils se développent, vers 2002. Il est souvent présent, en compagnie de son amie Francine Fouéré et Manfred. Les Repas Ufologiques doivent beaucoup à Henri Chaloupek qui a été conférencier lors d'un repas et qui, surtout,  n'hésitait pas à prendre la parole pour poser des questions pertinentes et bien souvent rétablir la vérité, tellement ses connaissances en ufologie étaient grandes. Il nous a beaucoup aidé lors des Rencontres Européennes de Chalons en Champagne en assurant la logistique, l'hébergement, les traductions de son ami le Dr Jiri Kult, l'un des conférenciers vedettes de ces rencontres, venu de Pologne. Il a participé à nos repas jusqu'à ce que ses forces l'abandonne. C'était pour moi un plaisir de le rencontrer et d'échanger quelques mots. Il nous soutenait, sans réserve, nous donnait des conseils, son avis sur ce que nous entreprenions, c'est pour nous, pour l'ufologie, une grande perte. Lors de mon dernier séjour en France, en Septembre/octobre 2010, je lui passais ce qui devait être, mon dernier appel téléphonique. Il venait d'apprendre la nouvelle, cette terrible maladie dont on ne réchappe pas, il était confiant et il en connaissait l'issue. Il s'y préparait. Là encore, il termina en nous encourageant à ne pas abandonner Les Repas Ufologiques, qui, nous le rappel t'il, sont les seuls sur la Région Parisienne à permettre à des centaines de personnes de se tenir informé sur les ovni, domaine qui nous passionne. Henri s'est éteint dans la nuit du 11 au 12 janvier 2011, Jean Luc Rivera, a été le dernier ufologue à lui avoir rendu visite dans l'après midi du 11 janvier, il était pratiquement inconscient, mais il a eu la force de dire quelques mots à Jean-Luc. Il ne souffrait pas. Il nous a quitté dans la nuit. C'est donc, non sans verser quelques larmes, que nous regretterons Henri pour tout l'enseignement qu'il nous a apporté, pour sa bonté, sa gentillesse et surtout sa droiture.


Boris Chourinov - Enquêteur chevronné et conférencier international, Boris Chourinov est le « monsieur propre » de l’ufologie russe. Bien que très discret, il est bien connu pour son mépris pour la langue de bois. Il suffit de lire son remarquable livre- Ovnis en Russie : les deux visages de l’ufologie russe ( éditions Trédaniel, 1995 ) pour s’en convaincre. Rédigé dans un style vigoureux, le livre a dérangé bien des gens, à commencer par les ufologues francophones ( y compris Jacques Vallée ), lesquels ont souvent écrit à la légère sur les observations russes. Ce qui fait dire à Boris : « Mon livre a eu une critique plutôt mince ;les revues ufologiques ont fait semblant de ne pas le remarquer. Pourtant il reste toujours la source unique d’informations vérifiables sur l’ufologie russe. »


Arthur C. Clarke(1917-2008) -Sir Arthur Charles Clarke plus connu sous son nom de plume Arthur C. Clarke, était un auteur et inventeur britannique. Clarke naît à Minehead dans le Somerset. Il sert dans la RAF, durant le seconde guerre mondiale, en tant que spécialiste en radar avant d’obtenir son diplôme à l’université de Londres. Clarke a commencé à vendre des histoires de science-fiction depuis son passage dans la RAF, mais il travaille brièvement comme rédacteur adjoint dans la revue Science Abstracts avant de se consacrer à l’écriture à plein temps à partir de 1951. Il a été président de la British Interplanetary Society, la société interplanétaire britannique et membre du Underwater Explorers Club, le club des explorateurs sous-marins. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe à l’élaboration du système d’alerte radar qui a fortement contribué au succès de la Royal Air Force pendant la bataille d’Angleterre. La célébrité lui vient grâce à son livre 2001, l’odyssée de l’espace. Ce dernier est basé sur la nouvelle La Sentinelle qu’il a transformée en roman à l’époque où Stanley Kubrick en tirait un film. Les deux versions diffèrent légèrement l’une de l’autre. Son œuvre comporte de nombreux autres livres, en particulier la série des Rama et les suites à 2001, et un grand nombre de nouvelles. Sa contribution scientifique la plus importante est certainement le concept de satellite géostationnaire largement mis en œuvre, de nos jours, pour les satellites de télécommunication qu’il proposa dans un article de Wireless World en 1945 et plus tard l’utilisation de plate-formes à satellites pour l’observation de la Terre. Retiré depuis 1956 au Sri Lanka, il y a passé le restant de sa vie. L'installation de plongée sous-marine qu'il possédait a été détruite par le tremblement de terre du 26 décembre 2004. Le 10 septembre 2007, alors qu’il ne peut plus se déplacer autrement qu’en fauteuil roulant à cause des séquelles d'une poliomyélite, il envoie depuis le Sri Lanka un message de félicitations pour le survol par la sonde Cassini du satellite de Saturne Japet. Cet évènement représente pour lui une référence à son roman 2001, l’odyssée de l’espace. Il meurt à l’hôpital Apollo de Colombo le 19 mars 2008 à 1h30 du matin d’une attaque cardio-respiratoire. Il était un membre éminent du mouvement sceptique contemporain.

Linda Cortile (pseudo) - L’histoire de Linda enlevée par des extraterrestres devant témoins, est sans doute le plus incroyable scénario d’« abduction ». Si incroyable que cela rend la supercherie improbable… Voici son histoire : le 30 novembre 1989, à 3 h du matin, « un extraterrestre à peau grise » avait pénétré dans sa chambre et s’était approché de son lit. Face à la créature, Linda sentit son corps sombrer peu à peu dans une sorte de léthargie et toute sa perception s’embua ; tout au plus se souvenait-elle avoir été allongé sur une table pendant que l’on lui examinait le dos… Elle contacta l’ufologue Budd Hopkins qui tenta d’obtenir plus de détail par une séance d’hypnose.


 

........................ D

 

 

Carlos Diaz - Contacté par des extraterrestres, son cas reste d’une rareté ufologique. Janvier 1981, Carlos Diaz, photographe d’origine mexicaine, a rendez-vous avec un journaliste dans un parc à Ajusco, près de Mexico, afin d’illustrer un article sur le parc. Etant arriver avant le journaliste, il attend et commence à s’impatienter. Puis son attention est attirée par une étrange lumière jaune dans le ciel. Celle-ci s’approchant de lui, il pense tout d’abord à un incendie, mais la source se dévoile et distingue un grand ovni orangé, de forme ovale, planant à une trentaine de mètres au-dessus de sa voiture. Il prendra une série de photos qui feront le tour du monde par la suite. Parmi les ufologues réputés, Heseman et John E. Mack se sont intéressés à son cas et tous deux ont conclu que son histoire était crédible.

 


........................ E

 

 

Albert Einstein - (né le 14 mars 1879 à Ulm, Wurtemberg, et mort le 18 avril 1955 à Princeton, New Jersey) est un physicien qui fut successivement allemand, puis apatride
 (1896), suisse (1901), et enfin helvético-américain (1940). Il publie sa théorie de la relativité restreinte en 1905, et une théorie de la gravitation dite relativité générale en 1915. Il contribue largement au développement de la mécanique quantique et de la cosmologie, et reçoit le prix Nobel de physique de 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son travail est notamment connu pour l’équation E=mc2, qui établit une équivalence entre la matière et l’énergie d’un système.


Hilary Evans - En Grande-Bretagne, l’écrivain Hilary Evans compte parmi les personnalités les plus connues et les plus respectées en matière de paranormal. Ses récents travaux sur le paranormal jettent un pont entre deux types de phénomènes surnaturels : les contacts extraterrestres et les visions et apparitions religieuses. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les fantômes, les ovnis, les visions et d’autres phénomènes surnaturels. En 1998, avec le chercheur américain Dennis Stacy, il a coédité The UFO Mystery, ouvrage qui examine 50 années d’activité ovni inexpliquée. Il a participé en 1996 aux Rencontres européenne de Lyon organisées par l’association ufologique SOS OVNI.


 

........................ F

 

 

Michel Figuet (1943-2000) - Considéré comme le spécialiste français des rencontres rapprochées, il a recensé à ce jour près de 1500 cas en France. Drômois d’origine, c’est tout naturellement que Michel Figuet rejoint, en 1972, les rangs de l’Association des amis de Marc Thirouin, un groupement d’études et d’investigations sur le phénomène ovni, aujourd’hui disparu, mais à l’époque très bien implanté dans la région Drôme-Ardèche. C’est au sein de cette association qu’il fera ses premières armes en tant qu’enquêteur. Très vite, il s’intéresse aux rencontres rapprochées et met en place un projet de fichier baptisé FRANCAT, contraction de « catalogue français ». Objectif : améliorer la classification d’Allen Hynek, l’astronome américain qui le premier divisa les observations en catégories, en utilisant des critères de fiabilités propres à chaque cas. En 1979, M. Figuet publie des résultats portant sur 600 cas… FRANCAT en contient aujourd’hui plus de 1400 ! Il a écrit deux livres quasiment introuvable- Ovni : le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France- véritable bible répertoriant plus de 600 cas et- Ovni en Provence, livre détaillant les observations importantes en région Provence-Alpes-Côte d’azur.


 Camille Flammarion (1842-1925) - né à Montigny-le-Roi (Haute-Marne) le 26 février 1842 et mort à Juvisy-sur-Orge (Essonne) le 3 juin 1925, est un astronome français. Il fut un membre très actif de maintes sociétés savantes et d’associations pour la vulgarisation des sciences positives. Ses découvertes scientifiques l’ont placé et le maintiennent encore au xxie siècle au premier rang des vulgarisateurs français, en mettant à la portée du grand public les problèmes de l'astronomie, de l’atmosphère terrestre et du climat. Il a, par les côtés mystiques et spirites de certaines de ses œuvres, ajouté à la notoriété de son nom. En 1861, Flammarion découvre Le Livre des Esprits d’Allan Kardec, codificateur du spiritisme. Il entre en contact avec Kardec et assiste à de nombreuses séances spirites, où il fait la connaissance de Victor Hugo. À partir de 1862, il écrit de nombreux ouvrages sur les communications avec les morts, les maisons hantées. Certains de ses livres, tels que Les Habitants de l’autre monde, sont une profession de foi spirite. En 1869, il rédige et prononce l'éloge funèbre d'Allan Kardec et déclare : « Car, Messieurs, le spiritisme n'est pas une religion, mais c'est une science dont nous connaissons à peine l'a b c. ... En quoi consiste le mystère de la vie ? Par quel lien l'âme est-elle attachée à l'organisme ? par quel dénouement s'en échappe-t-elle ? Sous quelle forme et en quelles conditions existe-t-elle après la mort ? Quels souvenirs, quelles affections garde-t-elle ? Ce sont là, Messieurs, autant de problèmes qui sont loin d'être résolus et dont l'ensemble constituera la science psychologique de l'avenir. »


Charles Fort (1874-1932) - Lors de la grande vague d’observations de vaisseaux fantômes de 1896-1897, au-dessus du territoire américain, personne ne témoigna d’intérêt particulier pour ces phénomènes, en dehors d’une certaine presse qui trouva là une occasion pour augmenter ses ventes. Il y avait aussi quelques esprits libres, parmi lesquels Charles Fort, un jeune homme qui, à 22 ans, découvre la vie et ses nombreux défis à la raison. Il commença ainsi par répertorier tous les phénomènes qui lui paraissaient outrepasser la normalité telle qu’elle est perçue à l’époque : pluie de grenouilles, chutes de météorites, bêtes mystérieuses, mais aussi disques et autres objets volants. Il sera l’un des premiers à structurer ce « réalisme fantastique », à lui donner ses lettres de noblesse à travers plusieurs livres comme- Le Livre des Damnés ( 1919 ) ou Lo ! ( 1931 ).


Edgar Fouche - Rares sont ceux qui peuvent prétendre détenir des informations de première main sur ce qui est peut-être l’endroit le plus inviolable de tous les Etats-Unis : la Zone 51, une base de l’armée américaine jalousement protégée des regards indiscrets. Edgar Fouche a travaillé pendant 25 ans sur des programmes « Top Secret » de l’US Air Force et du DOD ( Department of Defense ) et ses compétences dans des domaines aussi divers que le renseignement, l’électronique et les communications lui ont valu d’être accrédité pour travailler au sein de la Nellis Air Force Range et à la base du lac Groom, le cœur de la Zone 51. Il était donc bien placé pour glaner des informations concernant toute une série de programmes technologiques secrets, comme les avion-espions SR-71 et SR-75, ou l’incroyable TR-3B, une véritable copie d’ovni baptisé « triangle volant ». En 1998, il a synthétisé les notes qu’il a accumulées depuis un quart de siècle pour écrire – Alien Rapture : The Ghosen.


 

........................ G

 

 

Jean-Gabriel Greslé - Ancien pilote de chasse à l’US Air Force et ex-commandant de bord à Air France, Jean-Gabriel Greslé a écrit plusieurs ouvrages sur les observations d’ovnis faites par des pilotes. Pour lui, tout a commencé un certain jour de 1968. Alors qu’il survolait le Brésil, il repère sur son radar un objet volant à la vitesse fulgurante de 5300 km/h. La tour de contrôle fut incapable de lui fournir une explication ; sa conviction était faite : il avait croisé un véritable ovni. En juillet 1984, une seconde « rencontre » dans le ciel américain vint confirmer la première. Depuis, Greslé s’est lancé dans des recherches approfondies sur les observations d’ovnis faites par des pilotes. Aujourd’hui à la retraite, il n’a plus de devoir de réserve. Il a écrit- Extraterrestre, secret d’état ( l’affaire de roswell ) et Ovnis : un pilote de ligne parle aux Editions Trédaniel.


Timothy Good - Célèbre ufologue anglais. Timothy est né à Londres en 1942. Adolescent, il s’intéresse au phénomène ovni en découvrant les rapports de pilotes militaires et civils. Cet ufologue britannique estimé- il a apporté à sa discipline une rigueur scientifique qui lui faisait souvent défaut- donne des conférences dans des universités, des instituts militaires, des entreprises telles IBM. Il est l’auteur d’ouvrages de référence sur les ovnis, tels Above Top Secret ( 1987 ) ou E.T Connection, les extraterrestres sont parmi nous ( 1994 ) et en 1999 Contact Extraterrestres ( Alien Base ). Il s’intéressa aux apparitions d’ovnis sur l’île de Porto Rico dès 1987. Dans son livre- Alien Update, il rapporte les témoignages de ceux qui ont vu des ovnis voler au-dessus de l’île.


Pierre Guérin - Parallèlement à sa carrière d’astrophysicien à l’Institut d’astrophysique du CNRS à Paris, il étudie depuis un demi-siècle le dossier des objets volants non identifiés. Il a rencontré les premiers protagonistes des polémiques suscitées par ce phénomène controversé et a mené, sur le terrain, plusieurs enquêtes. Par la suite, il a été nommé « conseiller scientifique extérieur » au GEPAN, un groupe d’études sur les OVNIS créé au sein du Centre national d’études spatiales. Puis il a conduit une analyse scientifique des photographies d’un disque volant prises en France en 1952. Grâce à ses recherches, il a établi sa propre conviction : les OVNIS n’ont rien d’une supercherie. Il a écrit en 2000- OVNIS : les mécanismes d’une désinformation.


Jimmy Guieu (1926-2000) - Jimmy Guieu est le pseudonyme littéraire de Henri-René Guieu, écrivain français de science-fiction publiant notamment au Fleuve noir. Guieu a aussi écrit sous d'autres pseudonymes moins connus : Jimmy G. Quint, Claude Rostaing ou Dominique Verseau. Il rédige son premier roman dès l'âge de 25 ans pour les éditions du Fleuve noir. Le pionnier de l'atome était le numéro 5 de la fameuse collection « Anticipation », collection qui compte aujourd'hui plus de 2 000 titres, tous auteurs confondus. Jusqu'en 1984, il publiera ainsi, dans la même collection, 82 romans. Durant l'occupation Jimmy Guieu se signale par des actes de résistance dans le maquis de Dompierre-sur-Yon (Vendée, maquis SR-1). Cette notion de résistance, qu'elle soit contre les totalitarismes, les mafias ou les mauvais extra-terrestres, restera omniprésente dans son œuvre. Dans les années 1950, il devient l'un des pionniers de l'ufologie française, avec Aimé Michel. De 1960 à 1962, il publie quatre romans chez Marabout junior sous Claude Vauzière. Dans les années 1960, également, 63 de ses romans seront adaptés en BDs chez Sidéral. Avec Georges Pierquin, auteur de la série des "anti-gangs" il co-écrit quelques romans de la collection "Espionnage" de Fleuve Noir. Ces ouvrages sont signés sous le pseudonyme de Jimmy G. Quint et décrivent les aventures de deux agents des services secrets français : Serge Gallard et Roger Quilici. De 1977 à 1984, au rythme d'un ou deux par an, 10 de ses livres seront réédités dans la collection « Super luxe - lendemains retrouvés ». Depuis 1981, « Plon » puis « les Presses de la Cité » et aujourd'hui « Vaugirard » devenu « Vauvenargues » rééditent l'intégralité de son œuvre dans la collection SF Jimmy Guieu. De 1987 à 1990, il publie 10 inédits aux « Presses de la Cité », mettant en scène Gilles Novak. Les dix romans sont regroupés sous le titre d'une série : Les chevaliers de Lumière. À partir de 1992, Vaugirard publie, en alternance avec les rééditions, d'autres inédits. Ceux-ci mettent en scène Blade & Baker, businessmen du XXIVe siècle. Il est intervenu régulièrement comme invité sur l'antenne de Radio Ici et Maintenant pour aborder le phénomène des OVNIs et des civilisations extra-terrestres, en particulier sur la thèse de la race des "Gris" ou "Petit-Gris". Ses passages à la télévision furent également nombreux notamment dans les émissions de Christophe Dechavanne. Vaincu par la maladie, il laisse un dernier manuscrit : "Terre, ta civilisation fout le camp". La collection « SF Jimmy Guieu » s'arrête à la fin de l'année 2003. Les derniers numéros sont écrits par Richard Wolfram (pseudonyme de Roland C. Wagner), auteur également des paroles d'une chanson hommage interprétée par le groupe Brain Damage : La Chanson de Jimmy. Les productions de Jimmy Guieu ne se limitent pas à l'écriture. Entre 1991 et 1994, dans la collection "Les portes du futur" dont il se présente comme le créateur et le directeur, il édite une série de 14 documentaires. Si l'essentiel des sujets abordés concernent les extra-terrestres, certains thèmes mystérieux comme Rennes-le-Château ou les Vortex sont aussi abordés avec l'appui de proches comme Guy Tarade. Ces documentaires sont pour Jimmy Guieu une tribune à partir desquelles il critique violemment le GEPAN, le SEPRA, ou met en garde le spectateur contre des manœuvres de désinformation orchestrées à l'échelle planétaire par des puissances occultes.


 

........................ H

 

 

Haziel – de son vrai nom François-Bernard Thermès - ancien officier de marine, ancien professeur de l’enseignement secondaire et des classes préparatoires aux Grandes Ecoles, est né à Girona en Catalogne, au pied de la montagne des Anges. Il est le penseur qui convient à notre époque, à la fois scientifique et mystique. Par ses dons exceptionnels, naturels et surnaturels, Haziel est aujourd’hui le spécialiste incontesté des anges et des archanges. Ses ouvrages brefs, clairs, agréables à lire, sont les textes fondamentaux reconnus par tous, de l’angéologie actuelle. Tous ses textes, toutes ses invocations ont un but pratique : celui de nous faire obtenir les résultats souhaités, mais aussi, et surtout, Haziel précise toujours le pourquoi et la raison logique des résultats spectaculaires obtenus. Haziel a publié entre autres un ouvrage à utiliser en toutes occasions : Le Grand Livre des Invocations et exhortations, indispensable pour avoir la preuve que les anges nous répondent !


Michael Heseman - Historien et anthropologue réputé, il fut l’invité vedette du 1er forum mondial sur les ovnis ( décembre 1997) au Brésil. D’origine allemande, Michael est devenu une autorité en matière d’analyse d’images d’ovnis. Il s’était déjà distingué dans les années 1970 lors de la controverse au sujet des images « truquées » de « Billy » Meier. Il a d’ailleurs livré dans le magazine américain Magazin 2000 plus, le compte rendu d’une interview d’Edouard Albert Meier et de son fils. Heseman fut aussi remarqué en 1995, lors de l’affaire Roswell, en éditant le document sérieux Faits et polémiques dans l’affaire du film de l’autopsie de l’extraterrestre. Il était donc logique que cet ufologue soit contacté pour analyser les photographies de Carlos Diaz auxquels il a accordé le plus grand crédit. Selon Heseman, les extraterrestres se servent de Diaz pour voir quels sont les points de convergence entre nos deux mondes.


Bernard Heuvelmans (1916-2001) - né en 1916 au Havre, d’un père belge et d’une mère hollandaise. Il a fait ses études à l’Université libre de Bruxelles où il a obtenu, à 23 ans, le titre de docteur ès sciences zoologiques après la soutenance d’une thèse sur l’oryctérope, dans laquelle il résolvait le mystère de sa dentition, tenue jusqu’alors pour inclassable et incompréhensible. A partir de 1948, il est irrésistiblement attiré par l’énigme des animaux encore inconnus des scientifiques et dont l’existence repose sur des témoignages individuels, des légendes, des traces, etc. En 1955, après plusieurs années de recherche, il publie Sur la piste des bêtes ignorées, best-seller vendu à plus d’un million d’exemplaires dans ses diverses traductions et devenu un classique car il pose les bases d’une discipline scientifique nouvelle : la cryptozoologie, ou science des animaux cachés.


Betty & Barney Hill - La première affaire d’enlèvement par des extraterrestres remonte à 1961. L’incroyable aventure vécue par un couple d’américains, Betty & Barney Hill, entrait pour toujours dans les annales de l’ufologie.


 Ion Hobana (1931-2011) - C'est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre le décès de Ion Hobana. L'écrivain roumain le plus célèbre dans le monde s'est éteint à Bucarest mardi dernier, 22 février, à l'âge de 80 ans.  Il était notamment le co-auteur du livre "Les Ovnis en URSS et dans les Pays de L'Est", paru en 1971 chez Robert Laffont.  Grand spécialiste de la science-fiction et de l'ufologie, il était aussi un véritable passionné de la vie et de l'oeuvre de Jules Verne. On ne compte plus les dizaines d'articles, d'études, de conférences, d'émissions de radio ou de télévision qu'il lui a consacré dans son pays. Membre du Centre International Jules Verne, il était également l'auteur de plusieurs ouvrages sur notre grand écrivain, en particulier d'une remarquable biographie, "Vingt mille pages à la recherche de Jules Verne", parue en 1979, et qui lui a valu un prix spécial au niveau européen. Cette première édition a été suivie en 2000 d'une deuxième, revue et augmentée. Il  a également publié en 1992 "Jules Verne en Roumanie", ainsi que "Jules Verne, des visages, des roumains et des paysages" (2004), deux ouvrages plus particulièrement consacrés aux quatre romans de Jules Verne qui se déroulent peu ou prou en Roumanie : Le Château des Carpathes, Le Beau Danube Jaune, Claudius Bombarnac, et Keraban le Têtu. Nous adressons nos très sincères condoléances à sa famille et à tous ses amis.


Budd Hopkins - Peintre et sculpteur, Budd est le premier ufologue à avoir étudié sérieusement le phénomène des enlèvements extraterrestres au point de devenir conseiller auprès des « abductés ». Il a enquêté sur le cas de Linda Cortile, une personne enlevée. Rien ne prédisposait pourtant Hopkins à des investigations ufologiques. Il y a 34 ans, son regard sur ce type de phénomènes était encore celui d’un sceptique endurci. Mais, en 1964, lui et sa femme Carol furent témoins du vol d’un mystérieux engin au-dessus de Cape Cod, Massachusetts. A la suite de cette rencontre extraterrestre, il commença à enquêter sur quelques-unes des affaires d’enlèvement les plus passionnantes. En 1989, il crée la « Fondation des Intrus », une organisation à but non lucratif destinée à aider les « abductés » à assumer le traumatisme lié à leur poignante expérience.


Harry Houdini(1874-1926) - Harry Houdini, né Ehrich Weiss à Budapest en Hongrie le 24 mars 1874 et mort le 31 octobre 1926 à Detroit dans le Michigan (États-Unis), est un prestidigitateur américain d'origine hongroise. Fils d'un rabbin, Ehrich Weiss naît à Budapest. Sa famille émigre aux États-Unis et s'installe à Appleton, dans le Wisconsin en 1887. Héritant d'un livre qui s'avère être les mémoires de Robert Houdin, Ehrich adopte son style et prend le nom de Houdini pour la gloire, et transforme son prénom, Ehrie, en Harry. Il commence sa carrière comme magicien dans les foires, accompagné de son frère Théodore, et c'est à cette époque qu'il écrit The Unmasking of Robert-Houdin (Robert-Houdin démasqué) où, comme le faisait Robert-Houdin avant lui, il dénonce la supercherie à la base de la prestidigitation, cet art de la magie des temps modernes. En 1893, il rencontre sa femme Béatrice Raymond, qu'il surnomme Bessis. Elle rejoint le duo Houdini et ils se marient la même année. Ses meilleurs tours consistent à s'évader d'une malle remplie d'eau, fermée et enchaînée, ou d'un bidon en métal. Au moment où naît le spiritisme, il cherche à démasquer les faux médiums en parcourant le pays. D'autres scientifiques s'intéressent aussi de très près aux médiums, comme l'American Society for Psychical Research, ou Pierre et Marie Curie, mais il ne rend visite qu'à ceux soupçonnés d'imposture pour tenter de les démasquer. Cette activité lui coûte l'amitié de Sir Arthur Conan Doyle, le créateur de Sherlock Holmes. Après la mort de sa femme et de certains de ses proches, Conan Doyle s'était mis à croire au spiritisme. Il croyait ainsi que Houdini possédait de véritables pouvoirs paranormaux, qu'il utilisait pour bloquer ceux des médiums qu'il confondait. Cette méthode lui permet néanmoins d'accroître sa notoriété. Il garde secrètes ses meilleures astuces mais prend le soin de montrer qu'il y a toujours un truc dans ses tours, accessibles au commun des mortels, tout en recommandant au public non entraîné de ne pas les tenter vu le danger qu'ils représentent. En 1926, il se rend à Montréal. Houdini avait l'habitude de demander à quelqu'un dans le public de lui infliger un coup de poing dans le ventre, pour prouver qu'il était invincible. Mais au cours de ce spectacle, la personne choisie le prend par surprise : elle le frappe avant qu'il ne soit prêt. Quelques jours plus tard, il décède à 52 ans, le jour d'Halloween, à Detroit, d'une péritonite consécutive à la rupture de l'appendice. Un de ses descendants (en lien avec les auteurs d'une biographie controversée d'Houdini) a réclamé le lundi 26 mars 2007 à la justice américaine une exhumation, pour faire pratiquer une autopsie et tordre le cou, ou pas, à la rumeur qui court toujours selon laquelle le magicien aurait été assassiné. Il laisse à sa mort l'une des plus grandes collections de livres sur la magie à la Bibliothèque du Congrès. Pour Houdini, le seul objectif de la pratique du spiritisme, même s'il n'y parvint jamais, est d'entrer en contact avec l'esprit de sa mère disparue en 1920, seule preuve pour lui que ces phénomènes psychiques puissent exister. Sa biographie a été publiée par James Randi, un collègue prestidigitateur et sceptique.


Josef Allen Hynek(1910-1986) - Astronome et ufologue américain. Célèbre pour avoir été conseiller scientifique du Projet Blue Book entre 1951 et1969. Auteur du best-seller- Les Objets Volants Non Identifiés : mythe ou réalité ? en 1975. La classification des phénomènes ovnis a toujours été le problème majeur des ufologues, soucieux de « parler la même langue en utilisant les mêmes bases ». La classification la plus commune utilisée est celle de Hynek, qui introduisit la notion de rencontres des 1er, 2ème, 3ème type ( RR1, RR2, RR3 ), de disques diurnes ( DD ), de lumières nocturnes ( LN ) et de cas radar-optiques ( RO ). Rappelons que la terminologie « rencontre du 3ème type » fut, en 1977, consacrée par Steven Spielberg dans le film du même nom où le rôle de l’ufologue Jacques Vallée est joué par François Truffaut et où Hynek lui-même fait une courte apparition.


Linda Moulton Howe - Ecrivain et cineaste. En 1979, Linda est responsable des projets spéciaux sur la chaîne CBS, et enquête sur une série troublante de mutilations d’animaux dans le Colorado. Après qu’on lui a parlé d’un disque orange « de la taille d’un terrain de football », aperçu dans le ciel du Wyoming, lors d’un cas similaire, elle abandonne sa première théorie selon laquelle les mutilations auraient été provoquées par la fuite d’un agent contaminant, pour envisager sérieusement l’hypothèse extraterrestre. Six mois plus tard, son documentaire An Alien Harvest ( une récolte extraterrestre ) passe à la télévision. Il lui vaudra un Emmy award ( l’équivalent d’un sept d’or ). Elle y démontre, documents à l’appui, que non seulement les mutilations sont bien l’œuvre d’extraterrestres, mais que le gouvernement américain en est parfaitement informé.


Graham Hancock - né à Edimbourg en Ecosse le 2 août 1950. Il poursuit des études de sociologie à l’université de Durham. Puis il s’installe à Nairobi au Kenya en 1981 en tant que correspondant du magazine The Economist pour l’Afrique-Orientale. En 1983, il commence son enquête sur l’hypothèse éthiopienne de la localisation de l’Arche d’Alliance. Son livre intitulé Le Signe et le sceau : A la recherche de l’Arche d’Alliance publié en 1992, remporte un succès international.


 

........................ J

 

 

David M. Jacobs - Universitaire respecté, expert reconnu dans le domaine de la recherche ufologique. Il collabore également en 1993 avec Budd Hopkins sur les enlèvements par des E.T. Auteur du livre- Les Kidnappeurs d’un Autre Monde en 1993. Sa conclusion a tout lieu de nous inquiéter : les extraterrestres effectueraient des expériences bizarres et complexes, notamment dans le domaine de la reproduction. Ils chercheraient, semble-t-il, les moyens de créer des hybrides, mi-humains, mi-extraterrestres !

 


........................ K

 

 

Allan Kardec ( 1804-1869 ) - Hippolyte Léon Dénizard Rivail est né à Lyon le 3 octobre 1804. Son nom lui fut attribué lors d’une séance de spiritisme par son esprit protecteur, qui disait l’avoir connu dans une existence antérieure alors qu’il était druide. Professeur de physique, de chimie, d’astronomie et de physiologie à Paris, il débute en 1854 une « seconde vie » sous le nom d’Allan Kardec. L’étude scientifique des tables tournantes commence… Il est l’auteur de plusieurs ouvrages tels : Le Livre des Médiums et le Livre des Esprits qui sont considérés comme la bible du spiritisme. Sa devise était : « Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse. »

 


........................ L

 

 

Bob Lazar - né le 26 janvier 1959, à Coral Gables, Floride.Vit à Las Vegas. Technicien, mécanicien talentueux, il fit de surprenante révélation en mai 1989, notamment que l’armée travaillerait avec de la technologie extraterrestre sur la zone 51. Il y travailla en 1988 et déclara aussi l’existence d’une base secrète appelée S4. Il avait été engager pour tenter de comprendre le système de propulsion des ovnis. Il tient actuellement un laboratoire photo et répare du matériel de détection d’irridiation.


Roger K. Leir - Le docteur Leir est l’un des premiers chirurgiens à avoir extrait des implants chez des victimes d’enlèvements extraterrestres. La première intervention de ce type a été réalisée en août 1995 par le docteur américain Roger Leir qui a extrait un implant d’origine extraterrestre. Depuis, il a retiré neuf objets sur huit personnes. Ces objets ont bien sûr subi une batterie de tests biologiques et physiques destinés à révéler leur composition et leur structure. Le praticien affirme posséder aujourd’hui, dans son cabinet de Thousand Oaks en Californie, des preuves concluantes mettant en évidence l’origine extraterrestre de sept de ces implants. Dans son livre – The Aliens and the Scalpel, il retrace son parcours, décrit ses travaux et présente sa réflexion sur le phénomène des enlèvements.


Augustin Lesage ( 1876-1954 ) - Né dans une famille ouvrière, Augustin Lesage était mineur. Mais à 36 ans, c’est la révélation. Il entend des voix, lui intimant de se consacrer à la peinture. Il se met à l’ouvrage et réalise en un an sa première toile. Un exemple étonnant d’art brut… voire pour certains d’art médiumnique. Les plus grands artistes de son époque se sont passionnés pour cette œuvre foisonnante et énigmatique.


Yves Lignon - Mathématicien spécialisé dans la statistique, il traque les pouvoirs psy grâce aux techniques les plus modernes. Pour lui, aucun doute possible : certaines personnes possèdent bien des dons médiumniques. Yves Lignon est devenu une sorte d’enquêteur de l’occulte, consulté plus ou moins officiellement dès que surgit un cas défiant la science classique. La plupart du temps il finit par trouver une explication naturelle. Mais lorsqu’il conclut à l’existence d’un phénomène inconnu, ses arguments sont à prendre avec le plus grand sérieux. C’est dire qu’Yves Lignon dérange autant les charlatans que les sceptiques. Auteur de plusieurs ouvrages de référence sur le paranormal, il a également fondé le Laboratoire de parapsychologie. Il a écrit- L’autre Cerveau en 1992 chez Albin Michel.


 

........................ M

 

 

John E. Mack - Il est l’un des « poids lourds intellectuels » parmi les pro-enlèvements ( abduction par des E.T ). Prix Pulitzer. Fondateur de l’unité d’enseignement psychiatrique au Cambridge Hospital d’Harward, il travaille également sur les expériences paranormales pour un centre de recherches psycho-sociales et publia, en 1994, un livre sur les enlèvements extraterrestres. Irrité par l’orientation des travaux de Mack et estimant qu’il a failli aux normes d’investigations de l’université, le doyen d’Harward demanda à un Comité d’éthique d’évaluer la validité de ses recherches. En 1996, le Comité admit que Mack n’avait pas violé les règles déontologiques de la profession. L’avocat du Dr Mack précise que ce dernier ne croit pas nécessairement aux « extraterrestres venus de l’espace », mais Mack ne croit pas non plus à la thèse de la maladie mentale de ses patients. John Mack est mort en septembre 2004 à Londres, renversé par un chauffard ivre.


Jaime Maussan - Ufologue mexicain réputé, il s’intéressa au cas de Carlos Diaz. Il a confié les diapositives originales prises par Carlos et les a confiées au professeur Victor Quesada de l’Institut Polytechnique de l’Université de Mexico. A l’issue des examens, Quesada déclara : « Nous avons été très surpris de constater que le spectre lumineux émis par l’objet était différent de tout ce que nous avions pu voir auparavant, qu’il échappait à tous les paramètres connus jusqu’alors et qu’il ne correspondait à rien d’existant dans notre banque de données. Nous avons estimé la taille de l’objet de l’ordre de 30 et 50 mètres de diamètre. »

 

 

........................ N

 

 

Alexandra David-Neel (1868-1969) - Elle fut une des plus grandes exploratrices françaises. Elle fut la première femme européenne à pénétrer au Tibet ; en 1924, elle entre dans la Cité interdite de Lhassa, la capitale, après un long périple à travers l’Himalaya. Avec son fils adoptif, un futur lama du nom de Yongden, elle dut franchir des cols à 5800 mètres d’altitude. Dans ces froids extrêmes, elle ne dut sa survie qu’au… tumo. En effet, cette grande aventurière était également passionnée par les religions asiatiques ; elle avait étudié la philosophie hindoue, le bouddhisme, le taoïsme, le sanscrit. Et surtout, elle avait pratiqué la méditation et le yoga avec des maîtres de l’Himalaya.

 


........................ P

 

 

Jean-Pierre Petit - L’astrophysicien français est un chercheur complètement atypique dans la communauté scientifique. Il est né en 1937 à Choisy-le-Roi. Ingénieur de l’Ecole supérieure d’aéronautique en 1961, il s’oriente vers la recherche et rejoint le Centre national de la recherche scientifique. Ses intérêts le portent vers l’étude de la mécanique des fluides ( magnéto-hydrodynamique ). A partir de 1974, il est détaché auprès de l’Observatoire de Marseille. De « chargé de recherches », il est promu « directeur de recherches » et s’oriente vers l’astrophysique, puis vers la cosmologie, son actuel domaine de prédilection. Excellent dessinateur, il est aussi l’auteur de nombreuses bandes dessinées de vulgarisation scientifique, qui ont pour héros Anselme Lanturlu.


Jean Prieur - Depuis plus de 35 ans, Jean Prieur étudie les phénomènes PSI. Il leur a consacré une vingtaine d’ouvrages qui s’éclairent les uns les autres. Chercheur et historien, il a aussi réalisé une œuvre sur un sujet si souvent discuté, la réincarnation. Qui ne s’est pas un jour demandé ce qu’il y avait après la mort ? Est-ce une fin définitive ou une phase de transition ? La réincarnation est-elle une réalité ? Les différentes religions et croyances offrent toutes sortes de réponses qui ont marqué notre monde et dont Jean Prieur analyse les nombreuses théories.


Lloyd Pye - Oublié depuis 70 ans dans une banale boîte en carton, un crâne étrange fut, en 1999, confié à un certain Lloyd Pye, écrivain américain qui livre aujourd’hui le fruit de ses recherches sur « l’enfant des étoiles »… Natif de Louisiane et diplômé de psychologie à l’université de la Nouvelle-Orléans, Pye s’installa comme scénariste à Hollywood tout en se passionnant pour l’étude des hominidés. En 1990, il découvre l’œuvre de l’historien d’origine russe Zecharia Sitchin fondée sur une légende sumérienne : l’homme a été implanté sur Terre par les habitants de la planète Nibiru. Lloyd Pye combine alors ces thèses avec ses propres recherches pour écrire, à l’âge de 50 ans- Tout ce que vous savez est faux : Livre un : Les origines de l’homme. Grâce au bouche à oreille et aux médias, le livre se vendit à dix mille exemplaires et incita des lecteurs à vouloir lui apporter des preuves concrètes. Généralement incongrues, l’une d’elles attira pourtant l’attention de Pye. C’était le crâne de « l’enfant des étoiles ». « C’est précisément ce à quoi j’imaginais ce que pouvait ressembler un crâne de « Gris » et je sentis, dès le premier moment, qu’il était partiellement extraterrestre. Je serais surpris s’il se révèle n’être qu’une difformité humaine. »

 

 

........................ R

 

 

Michel Raynal - (né en 1955) est un physicien-chimiste et cryptozoologue français. Il anime l'Institut virtuel de cryptozoologie en collaboration avec une équipe de scientifiques et l'appui de l'ABEPAR, Association Belge d'Étude et de Protection des Animaux Rares. Il s'intéresse aux espèces animales non scientifiquement reconnues telles que le yéti ou le monstre du Loch Ness. Il est l'auteur notamment d'un article paru Cryptozoologia (n°3, 1 juin 1994) intitulé « L'oiseau énigmatique d'Hiva-Oa ». Dans ce texte, il soulève un certain nombre de problèmes posés par les travaux de James Churchward au sujet du légendaire continent de Mu. D'abord, il observe que Churchward ne cite jamais ses sources et prétend avoir vu les « tablettes Naacal » que personne d'autre n'a encore vu à ce jour. Il prétend également avoir traduit les tablettes de l'île de Paques qui, à ce jour, demeurent indéchiffrables pour la communauté scientifique. Raynal constate aussi que Churchward dit avoir vu la Porte du Soleil à Tiahuanaco qui se trouve en Bolivie alors qu'il écrit qu'elle se situe au Pérou. De plus, il représente la statue qui se trouve à cet endroit avec des mains à cinq doigts alors que celle-ci en a quatre. Enfin, Raynal explique que les connaissances actuelles en géologie et en géophysique excluent totalement la possibilité qu'un continent comme Mu ait pu exister à l'époque ou Churchward le situe (-12 000).

 


........................ S

 

 

Béranger Saunière (1852-1917) - Né à Montazels, dans l'Aude (tout près de Rennes-le-Château), aîné d'une famille nombreuse et modeste, Bérenger Saunière devient prêtre (sans doute sous la pression de sa famille) et est ordonné en 1879. Après quelques affectations successives dans son département comme à Clat, il est affecté comme curé de Rennes-le-château en 1885. Dès son arrivée au village, il est choqué par l'état de délabrement de l'église. Ses débuts dans la paroisse sont modestes : il vit pauvrement et s'occupe comme il peut, en lisant, en chassant... Dès son arrivée, il se liera très vite avec Marie Denarnaud, sa servante, qui le suivra jusqu'à sa mort. En 1891, Saunière entreprend des travaux dans l'église avec l'argent prêté par la mairie. C'est lors de ces travaux que les ouvriers découvrent dans un pilier du maître-autel, trois fioles où sont logés des parchemins. L'abbé ne tarde pas à subtiliser les parchemins aux ouvriers, prétextant qu'ils ont une grande valeur. La nouvelle se sait très vite au village, et on demande à Saunière de vendre les documents à un musée, l'argent gagné devant rembourser les frais de réparation de l'église. En 1893, Saunière se rend ainsi à Paris, avec l'accord et grâce au financement de l'évêché de Carcassonne. Il doit s'entretenir avec l'abbé Vieil, directeur de l'église de Saint Sulpice, afin d'obtenir la signification de ces documents. Durant son séjour à Paris, il rencontre Emma Calvé, célèbre cantatrice de l'époque. Quelques jours plus tard, l'abbé Vieil lui explique, semble-t-il, le sens caché des parchemins. Mais personne ne sait rien de cette discussion. On sait que Saunière repart peu après, laissant les documents, mais en en gardant des copies. Ces parchemins, qui n'avaient au départ rien d'extraordinaire (il s'agissait en fait de passages de la Bible écrits en latin) semblent être la clé du mystère de Rennes-le-Château car c'est à partir de ce moment que débute l'étrange vie de l'abbé Saunière. Sitôt rentré, Saunière entame d'étranges découvertes : en face du maître-autel, il découvre à l'aide de ses ouvriers, une dalle dite du Chevalier (aujourd'hui exposée au musée de Rennes) où la face cachée présente d'étranges sculptures de cavaliers, apparemment très anciennes. Il ordonne alors que l'on creuse une fosse à cet emplacement, et congédie ensuite les ouvriers afin d'explorer le lieu lui-même. L'attitude de l'abbé paraît de plus en plus étrange aux villageois quand ils se rendent compte qu'il efface dans le cimetière les inscriptions dressées sur une très ancienne tombe, celle de la marquise de Blanchefort. Il va même jusqu'à déplacer la stèle. Le maire, choqué par ces saccages, lui demande d'arrêter. Dès lors, les villageois voient Saunière de plus en plus souvent voyager et s'absenter du village, souvent pour plusieurs jours. Durant ses voyages, il est muni d'une valise qu'il porte à dos d'âne. Autre chose encore plus étrange, le curé de Rennes qui vivait jusque-là dans la pauvreté, se met à faire de folles dépenses dans son église qu'il rénove désormais à ses frais. Il entreprend d'ailleurs une rénovation complète qu'il réalisera selon ses goûts. Elle est achevée en 1897. Mais le style est très original voire choquant au goût des autres ecclésiastiques. En effet, outre des peintures de couleur vive et de nombreuses statues, le bénitier est un diable sculpté. Les constructions et les rénovations ne s'arrêtent pas en si bon chemin. Saunière achète le terrain derrière le presbytère (bâtiment qu'il a d'ailleurs rénové entre temps), et entreprend de grandes constructions. Il aménage un jardin, une serre, mais aussi une maison : la villa Béthanie, petite, mais luxueuse, comparée aux autres maisons du village. Mais son œuvre la plus étrange et la plus célèbre est sans aucun doute la tour Magdala qu'il bâtit au bord de la colline. Cette petite tour, aujourd'hui visitable, abrite sa bibliothèque. Dans sa villa, il accueille des invités de marque qui viennent de très loin, mais dont l'identité reste obscure. Si la villa sert à loger les invités, Saunière ne vivra jamais autre part que dans son presbytère. Si le luxe fastueux de l'abbé fait murmurer les villageois, il fait aussi grincer des dents l'évêché qui l'accuse de trafic de messe, c’est-à-dire de détourner l'argent expédié par les congrégations et fidèles avec qui il est en contact à travers toute la France à des fins personnelles. Il est d'ailleurs sermonné par l'évêché dés 1901 c'est-à-dire sous l'épiscopat de Monseigneur Billard et continuera à l'être régulièrement sous l'épiscopat de son successeur Monseigneur de Beauséjour. En 1910, Saunière est interdit de messe et remplacé par un autre curé. Habitant toujours à Rennes-le-Château, Saunière officie dans sa villa, dans la petite chapelle placée dans la véranda où les habitants viennent le rejoindre, boudant toutes les messes de l'autre curé. Durant la Première Guerre mondiale, Saunière, qui n'a d'ailleurs pas pu récupérer son église, se voit soupçonné d'espionnage par certains villageois. Il meurt le 22 janvier 1917. En 1953 meurt Marie Denarnaud, sa servante, maîtresse et confidente, emportant avec elle le secret de l'or de Rennes-le-Château.


Victor Schauberger(1885-1958) - La devise de l’inventeur autrichien Viktor Schauberger était de « comprendre la nature, puis de la copier ». Dans les années 1930, en observant les tourbillons de l’eau dans les rivières, il eut l’idée de machines dont il définit lui-même le principe de la façon suivante : « Si on fait tourner l’eau ou l’air dans une forme ondulante dite colloïdale, il en résulte une accumulation d’énergie qui peut, avec une puissance énorme, provoquer la lévitation. » Selon un document de l’organisation canadienne Samisdat, les nazis ont enfermé la famille de Schauberger dans un camp jusqu’à ce qu’il mette au point le Flugelrad ( aile tournante ), une sorte d’hélicoptère décollant verticalement. Il appliqua son système de « propulsion à vortex liquide » sur un disque de 1,50 m de diamètre, mais talonnés par les Alliés à la fin de la guerre, les nazis détruisirent les plans du prototype. Libéré, il fut invité à travailler aux Etats-Unis sur un projet secret gouvernemental de soucoupe volante au Texas, à condition que ses inventions restent secrètes. A sa mort, ses derniers mots auraient été : « Ils m’ont tout volé, tout. Même moi, je ne m’appartiens plus. »


Jean Sendy - Jean Sendy était un écrivain et traducteur français, auteur d'ouvrages à caractère ésotérique et ufologique. Après avoir publié un document d'archive intitulé La Vérité sur les rapports germano-soviétiques de 1939 à 1941 (1948) ainsi qu'un volume sur les hommes politiques de la Quatrième République (De gueules sur fond de clés, impertinences, Paris, Éditions France-Empire, 1948), Sendy traduit un ouvrage du Général Anders qui paraît aux Éditions France-Empire. Durant les années 1950, il traduit de l'anglais de nombreux polars et romans noirs pour les Presses de la Cité dans la collection « Un mystère » (Raymond Chandler, James Hadley Chase, Reginald Evelyn Southouse, Dorothy Hugues, Irwin Shaw) et pour la collection « Série noire » des Éditions Gallimard (Samuel W. Taylor, James Hadley Chase, David Alexander, Thomas Black). À partir des années 1960, il se consacre davantage à ses propres écrits dont la plupart paraîtront dans les collections « L'Aventure mystérieuse » (J'ai lu) et « Les Énigmes de l'Univers » (Robert Laffont). Dans La Lune, clé de la Bible (1968) Sendy prend ses distances avec les traductions usuelles de la Bible qui traduisent « Elohim » par Dieu, alors qu'il s'agirait d'un pluriel dont la signification serait mieux rendue par « les Anges ». Relisant la le texte biblique dans sa version hébraïque d'origine, Sendy soutient qu'il ne s'agit pas d'un récit légendaire, mais d'un texte historique racontant la colonisation de la Terre au temps de Moïse par des Anges venus du ciel, hypothèse qui s'inscrit dans la perspective des théories des anciens astronautes et de l'astroarchéologie. Sendy croit que la « clé de la Bible » pourrait se trouver sur la Lune où, depuis les années 1960, il est désormais possible de trouver la trace de ces cosmonautes. Les Cahiers de cours de Moïse (1970) renchérissent sur ces hypothèses, en élargissant l'enquête sur l'influence « astrologique » du zodiaque, la prophétie de saint Malachie ou le miracle de Fatima que Sendy refuse de considérer comme des superstitions et tente de leur donner un sens dans la perspective ouverte par sa réflexion sur la Bible. Certains de ses ouvrages dont La Lune, clé de la Bible (1968) et Ces dieux qui firent le ciel et la terre, le roman de la Bible (1968) - de même que certains titres de Robert Charroux, Erich Von Däniken ou Jacques Bergier - auraient inspiré selon certains les thèses de Claude Vorilhon dit Raël et du mouvement raëlien. Son ouvrage intitulé Les Temps Messianiques s'inspire de Paul de Tarse qui reliait le cosmos, l'homme et les évangiles. Ce livre porte également sur l'eschatologie et l'étude des nombres dans la bible et dans la Kabbale.


Monique Simonet - Enseignante à la retraite, Monique Simonet a toujours été férue de spiritisme. Depuis 1979, elle a entamé une nouvelle vie en se mettant au service de la transcommunication ( TCI ) avec l’au-delà. Elle a relaté ses premières expériences dans son premier ouvrage- A l’écoute de l’invisible puis en 1992- Images et messages de l’au-delà. Elle nous présente des messages que son petit-fils Axel, décédé, lui adresse depuis le monde des défunts. Elle entend la voix de son petit-fils et l’enregistre sur son magnétophone. Elle voit son image sur son téléviseur. Le père François Brune préfaça la plupart de ses livres.


Steven Spielberg - Steven Allan Spielberg est un cinéaste et producteur de cinéma américain, né le 18 décembre 1946 à Cincinnati (Ohio, États-Unis). Il a à son actif certains des plus gros succès financiers de l'histoire du cinéma, comme E.T. l'extra-terrestre ou Jurassic Park. Fondateur de la société de production Amblin et cofondateur du studio DreamWorks SKG, il a aussi créé la fondation Shoah Foundation Institute for Visual History and Education, dont l'objectif est de recueillir les témoignages de tous les survivants de l'Holocauste, et de les diffuser aux plus jeunes, dans le but d'éviter un nouveau génocide.


Ian Stevenson - Professeur de psychiatrie et directeur du Département des Etudes sur la Personnalité, au Centre de Sciences de la Santé, dans l’université de Virginie ( Etats-Unis ). Au cours des trente dernières années, il a recueilli plus de 2600 témoignages de personnes qui prétendent se souvenir de leurs vies antérieures. Dès qu’une prétendue réincarnation attire son attention, lui et son équipe entament une enquête minutieuse. Tout d’abord, ils comparent les souvenirs de la vie antérieure du sujet avec les faits relatifs à la vie et à la mort de l’individu qu’elle affirme avoir été. Ensuite, tout défaut physiologique ou marque de naissance, censés correspondre à des blessures ou des lésions venant de la vie passée, sont comparés aux rapports d’autopsie du décédé. La plupart des enquêtes les plus concluantes de Stevenson en matière de réincarnation sont résumées dans Les enfants qui se souviennent de leurs vies antérieures ( Editions Sand).


Wendelle Stevens - L’ufologue est l’un des rares chercheurs à travailler presque exclusivement avec des contactés. Il a ainsi réuni une collection impressionnante de films et de photos d’extraterrestres. Wendelle Stevens est un « mastodonte » de l’ufologie, c’est également l’un des plus anciens chercheurs au monde concernant l’ufologie. En 36 ans de pratiques, il a étudié des centaines d’affaires diverses, mais son principal domaine d’expertise reste le sujet controversé des contacts humains avec des extraterrestres. En 1976, il fut le premier chercheur à s’intéresser aux affirmations du contacté suisse Edouard « Billy » Meier, dont les photographies d’ovnis prises en plein jour restent, dans le genre, parmi les plus saisissantes jamais produites. La passion de Stevens pour ce genre d’images l’a ainsi conduit à accumuler plus de 3000 photos d’ovnis et une grande bibliothèque de films et de vidéos sur le sujet. C’est en 1947 qu’il commença à s’intéresser aux ovnis. A l’époque l’US Air Force avait alors lancé les projets d’études Sign, Grudge et Blue Book. Wendelle fut envoyé en Alaska pour superviser les plans de vol de bombardier B-29 chargés de dresser la carte du pôle. Il découvrit en fait que derrière cette mission se cachait un programme secret. Les avions étaient équipés de technologie de détection électronique et de caméras très pointues pour enregistrer les fameux « foofighters ». Son grade n’étant pas assez élevé, il n’eut pas accès aux films vidéos ; mais demanda à ses supérieurs de mener une enquête sur les ovnis. On ne lui permit de le faire qu’en dehors des circuits « militaires officiels ». Ce n’est donc qu’en 1963, après 23 ans de service actif, que Stevens, retraité de l’armée américaine, commence sa carrière de chercheur en ufologie.


Whitley Strieber - Auteur de romans d’horreur et de science-fiction ? Il vécut en décembre 1985 une RR3. Le 27 décembre, il fut réveillé au petit matin par un étrange bruit, comme si plusieurs personnes se trouvaient dans la pièce du rez-de-chaussée. L’alarme de la maison n’avait pas retentit. Une silhouette se précipita ensuite dans la chambre. Par la suite sous hypnose, il raconta avoir été à l’intérieur d’un vaisseau, d’avoir aperçu des tables à bord de celui-ci, de voir des soldats dans le coma ainsi que sa propre sœur et son père. Il a relaté toute son aventure dans un livre intitulé Communion devenu un best-seller mondial.


 

........................ T

 

 

Guy Tarade - Guy Tarade, né en avril 1930 en région parisienne, est un romancier et ufologue français. Tarade s'engage dans les troupes parachutistes, est en poste sur le continent africain. Il s'installe par la suite à Nice dans le département des Alpes-Maritimes. Écrivain et conférencier spécialisé dans le paranormal et l'ésotérisme, il est le fondateur du Centre d'études et de recherches d'éléments inconnus de civilisation. En 1969, Guy Tarade participe à l'émission phare de la télévision française « Les Dossiers de l'Écran » sur le sujet « extra-terrestre » avec en première partie une projection du film « la Guerre des Mondes » (première version). Cette émission le révèle au grand public. Très attaché à la tradition et passionné d'hermétisme et de symbolisme, il a visité certains des lieux les plus mystérieux de la planète afin de retrouver les traces « d'anciennes et grandes organisations initiatiques ». Il s'est notamment attaché à étudier le lien entre les civilisations humaines et les possibles civilisations extraterrestres. On peut retrouver ses articles sur le blog qu'il a créé avec son compère et ami Christophe Villa-Mélé.


Robert Tocquet - Robert Tocquet est né le 5 juin 1898 à Saint-Oulph dans l'Aube et décédé le 23 septembre 1993. Outre des fonctions diverses dans l'enseignement, professeur de sciences physiques, chimiques et naturelles, ce fut un esprit d'un savoir encyclopédique en de nombreux domaines. Il est auteur de 53 ouvrages, la plupart traduits en une dizaine de langues, sur des sujets aussi variés que la santé, l'art de rester jeune, le développement personnel, celui de la mémoire, la prestidigitation, etc., et pour lesquels il reçut divers prix et récompenses. Il est également connu pour s'être intéressé et investi dans la parapsychologie, par diverses études et interventions dans des domaines tels : métagnomie, dessins médiumniques, formations d'ectoplasmes, clairvoyance, télékinésie, télépathie, etc. À ce titre il fut membre et devint président de l'Institut métapsychique international (9 octobre 1982) et put rencontrer et dialoguer avec de grands parapsychologues de cette époque (Charles Richet, René Sudre, Eugène Osty, René Warcollier, etc.). Ayant écrit un livre intitulé Vivre cinq fois vingt ans, il mourut à l'âge de 96 ans.


 

........................ V

 

 

Jacques Vallée - Astrophysicien de formation et informaticien de profession, conseiller scientifique à la NASA. Il est né en France puis s’est installé aux Etats-Unis en 1962. Il a constaté que des apparitions de « soucoupes volantes » avaient été consignées à toutes les époques de l’Histoire. Il a publié une douzaine de livres ( la plupart en anglais ) qui représentent plus d’un million d’exemplaires imprimés. Il a consacré trente ans de sa vie à enquêter sur ces « visites d’un autre monde ». Sa conclusion, surprenante et provocante, est qu’elles ne sont ni imaginaires, ni d’origine extraterrestre. De quoi changer notre conception de la science et notre vision de l’avenir… Ses principaux ouvrages sont- Autres dimensions ( 1990 ) Mystérieuses soucoupes volantes- Ovni : la grande manipulation et Confrontation aux Editions J’ai Lu.


Jean Jacques Velasco - Jean-Jacques Velasco (né en 1946) est un ufologue français, membre du Centre national d'études spatiales (CNES). Il a dirigé le Groupe d'étude des phénomènes aérospatiaux non-identifiés (GEPAN) puis le Service d'expertise des phénomènes de rentrée atmosphérique (SEPRA). Velasco est titulaire d'un brevet de technicien supérieur d'optique. C'est à ce titre que, membre du CNES, il est engagé par Claude Poher en 1977 dans l'équipe du GEPAN, le premier organisme français chargé de l'étude des OVNI. Il est alors chargé de développer « un instrument destiné à l'analyse et à la reconstitution des stimulis optiques rapportés par les témoins » lors des manifestations d'OVNI, le SIMOVNI. En 1983, suite à la démission d'Alain Esterle, il devient directeur du GEPAN. Sous la direction de Velasco, le groupe perdit de l'importance et diminua son activité. En 1988, il est remplacé par le SEPRA, un organisme dont l'activité n'intéresse pas la hiérarchie du CNES et dont Velasco devient directeur. Il devra s'en occuper pratiquement seul, tentant tant bien que mal de se livrer à une étude rigoureuse et scientifique des OVNIs malgré la faiblesse des moyens mis à sa disposition. Après la dissolution du SEPRA en 2004, il a rejoint le service « Culture spatiale » du CNES. Il a par ailleurs été invité en 1997 au Symposium de Pocantico, un congrès mondial sur le phénomène OVNI. En 1999, il a collaboré à la rédaction du Rapport COMETA. Parallèlement, Velasco a été maire socialiste de Montgiscard de 1989 à 1995. D'abord sceptique face au phénomène OVNI, Velasco devient, au fil des enquêtes et des témoignages qu'il recueille, l'un des principaux partisans de l'hypothèse extra-terrestre pour expliquer le phénomène OVNI. Selon Velasco, si la grande majorité des OVNIs sont en fait des phénomènes naturels, des aéronefs terrestres, ou des canulars, une certaine partie d'entre eux (environ 13,5% des cas) présentent des performances aéronautiques tellement stupéfiantes que l'hypothèse d'engins extra-terrestres s'avère très plausible. De plus, le fait que de très nombreuses observations aient été faites à proximité de sites nucléaires militaires des puissances atomiques, aux États-Unis ou en France comme au plateau d'Albion, signifie, selon Velasco, que les OVNI auraient un lien avec les activités nucléaires militaires. Ces hypothèses de Velasco ont été critiquées par le monde scientifique, au sein même du CNES, ainsi que par les Zététiciens. Sa défense de l'hypothèse extra-terrestre (HET) dans un livre publié en 2004 aurait peut-être fourni un prétexte au CNES pour dissoudre le SEPRA la même année pour créer à sa place le GEIPAN. Velasco est également très contesté par les ufologues conspirationistes. En effet, Velasco ne cache pas son scepticisme au sujet des enlèvements par les extraterrestres et autres implants extra-terrestres, et ne pense pas que le phénomène des agroglyphes ait un lien avec les OVNI. Jean-Pierre Petit, qui croit aux lettres Ummites – lesquelles sont dénoncées entre autres par Velasco – a également critique ce dernier avec virulence sur ce point ainsi que pour d'autres raisons scientifiques et personnelles.


 

........................ W

 

 

Travis Walton - Bûcheron de métier, Travis vécu une RR3 le 5 novembre 1975 à Snowflake, Arizona. Il rentrait en voiture avec ses collègues quand ils aperçurent dans le ciel un engin, large de 6 m, avec une coupole à son sommet et d’une incandescence « jaune laiteuse ». L’objet atterrit et barra la route forestière. Travis sortit du véhicule et s’approcha de l’ovni. Un rayon de vive lumière bleu-vert jaillit de sa base et projeta Travis dans les airs. Les camarades terrifiés partirent et par acquis de conscience firent demi-tour afin de récupérer Travis. Mais une fois sur les lieux, Travis avait disparu. Pendant deux jours des recherches furent effectuées mais en vain. Six jours plus tard, Travis refit surface à 20 km de l’endroit ou il avait disparu. Il prétendit s’être réveillé à l’intérieur de l’ovni, dans une pièce où il fut confronté à trois créatures hautes de 1,50m.

 


les bergers d'Arcadie

Inscrivez vous à notre

> Newletter <

celestin V

Rechercher dans le site :

boutique esoterique
--- La Boutique du Mystere ---

Site créé avec Jimdo

- Pages vues depuis le 04/11/2012 :

compteur de visites gratuit

- Visiteurs depuis le 04/11/2012 :


péchés capitaux
paranormal

Les incontournables ! :

Esprit de la nature
Asmodée
Garache

Celtic Dream :

Les musiques du site

Télépathie
Esprit de la nature

Espace Pub :

AléHoé ! Annuaire Aléhoé. Magie, Esotérisme, Mystère, Paranormal.
Referencement
Google PageRank Checker Powered by MyPagerank.Net