France Hantée : Aude - 11

 

 

  • - Cavanac
  • - Le Bezu
  • - Montlaur
  • - Puilaurens
  • - Rivel
  • - Saint Martin Lys

 

 

 

Cavanac :

cavanac

 

     Quelle soirée mouvementée pour ce jeune homme qui, un soir de Juillet 1987, quitta vers 2 heures du matin, la ville de Carcassonne par la route pour rejoindre Coucoules par Cavanna. Arrivé précisément à la hauteur du croisement que forment les routes de cette commune, il eut la surprise de voir dans la lumière blafarde de ses phares une jeune femme en pantalon et chemisier blanc lui faire de grands signes pour qu’il s’arrête. La jeune femme apparaissait dans un état second, lui répétant en hurlant qu’il fallait l’emmener. Mais, le conducteur effrayé, referma sa portière et démarra en trombe. Après quelques centaines de mètres de route, il fut saisi de remords d’avoir laissé cette jeune fille peut être en danger, et fit demi-tour. Il ne la retrouva nulle part, elle avait simplement disparue, et il n’avait croisé aucune voiture susceptible de la transporter.


Le Bezu :

bezu

 

     Les templiers possédaient au Bézu, petit village des alentours de Rennes-le-Château, une importante commanderie. La métairie des Baruteaus recèlerait une cloche d'argent qui teinterait toutes les nuits des 12 au 13 octobre, date anniversaire de l'arrestation générale des chevaliers de l'ordre, organisée en 1307 par Philippe le Bel. A cet appel, une longue file de fantômes quitte alors le cimetière pour se diriger, en procession venue de nulle part, vers le château.


Montlaur :

montlaur

 

     Près de Montlaur, la très vieille métairie des Ihles, une bergerie abandonnée, est le cadre de manifestations spectaculaires qui ont fait déménager de nuit plus d’un berger momentanément venu s’y abriter. Ce sont principalement des bruits et des lueurs inexplicables. Les nuits de pleine lune, ce sont aussi tous les environs de cette métairie voisine du hameau de Saint Michel de Hahuze, qui servent au déroulement de ce que l’on désigne comme une bataille fantomatique. En tendant l’oreille, on entend distinctement, venant de toutes les directions, des cliquetis ‘armes, des hennissements de chevaux et les ris d’hommes qui se battent. La traduction veut qu’une bataille se soit effectivement déroulée là, au pied du mont Alaric, très certainement au haut moyen âge.


Puilaurens :

puilaurens

 

     Le château de Puilaurens, dans le département de l'Aude, est le type même du château cathare, impossible à atteindre car situé à 700 m d’altitude dominant le village de Lapradelle au cœur d’une forêt de sapins. Il fut certainement construit au Xe siècle et il appartenait à l’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa.

 

Le château de Puilaurens, comme celui de Peyrepertuse abrita de nombreux Cathares pourchassés. Finalement, une fois les Cathares vaincus, le château de Puilaurens passa sous le contrôle royal puis fut annexé vers 1250. Saint-Louis le fit par la suite fortifier pour défendre la frontière face à l’Aragon. Le château de Puilaurens devint ainsi une très grande garnison. Etant donné sa situation, le château de Puilaurens dut subir de nombreuses incursions espagnoles jusqu’au Traité des Pyrénées en 1659.

 

Malheureusement, il fut peu à peu abandonné et l’on peut désormais admirer ses ruines vertigineuses. Selon une légende, une Dame Blanche, apparentée à Philippe le Bel, viendrait se promener la nuit sur le chemin de ronde des vieux remparts démantelés… En le visitant, vous pourrez admirer un bel exemple de l’architecture militaire du Moyen Âge et vous aurez une vue imprenable sur les alentours.


Rivel :

rivel

 

     Tout près de Rivel, la foret de Sainte Colombe, près de la croix des Morts, est hantée la nuit par le spectre d’un riche marchand aragonais qui y fut assassiné en 1613 par des voleurs, alors qu’il allait acheter des mules à Rivel. Les auteurs du crime ne furent découverts que dix années après les faits et furent pendus. Depuis le fantôme du marchand aragonais hante les bois, tandis que les assassins se manifestent en poussant d’interminables soupirs dans les sapinières proches, du côté du bois dit de l’homme mort. Les deux manifestations étaient encore, selon mes sources, audibles et visibles dans les années 1970, et il est donc tout à fait probable qu’elles le soient encore.


Saint Martin Lys :

saint martin lys

 

     Sur la route de Perpignan, en passant par la haute vallée de l’Aude, se trouve le village de Saint-Martin-Lys, une agglomération qui a connu, jadis, d’épouvantables évènements. Coquettes sous le soleil, les maisons du petit village montent à l’assaut d’une verte colline, puis, comme essoufflées, s’arrêtent avant le sommet. En bas, un petit pont se charge de relier les lieux à la route nationale, en aidant au franchissement de l’Aude bouillonnante et rapide.

D’apparence calme, presque déserte, l’agglomération a connu, à l’époque des guerres de religion, une période des plus cruelles .Tous les habitants du village auraient été massacrés par les protestants, à l’aube du 16 août 1573. Pire, les moines du monastère, n’échappant pas à la tuerie, furent égorgés comme de simples gorets, leurs corps étant jetés à la rivière, et le monastère étant, quant à lui, complètement rasé.


saint martin lys

 

     Depuis, la végétation ne pousse plus sur l’emplacement de l’édifice, non loin de l’Aude, face à une falaise, bien que, tout autour, quantité de petits jardins prospèrent, bien cultivés par les habitants. Il règne en ces lieux une bizarre atmosphère, faite à la fois de souvenirs passés et de réalité concrète, laquelle se manifeste régulièrement autant aux habitants qu’aux simples curieux ou touristes survenant là, à point nommé, pour essayer d’entendre, de voir, à défaut de comprendre.

Les gens du pays affirment en effet que toutes les nuits du 15 au 16 août, ainsi que celles du 1er au 2 novembre, les moines reviennent sur l’emplacement de leur ancien monastère. Ils chantent alors leur misère passée, et leur chœur émerge de la nuit comme une chose éprouvante qui tend les nerfs et fait battre fortement les cœurs. Le glas d’une cloche retentit alors syncopé rythmant les chants religieux que d’aucuns assimilent aux pleurs des trépassés.

Venant à point pour l’anniversaire de leur supplice, ainsi que pour la fête des morts, les fantômes chantants des moines sont redoutés, parce qu’ils apportent, dit-on, à ceux qui ne se bouchent pas les oreilles, les pires alarmes, voire la mort.

Vers 1910, dans la nuit fatidique du 15 au 16 août, plusieurs hommes du village se rendirent sur l’emplacement de l’édifice religieux, bien décidés à élucider ce qu’ils considéraient comme une supercherie. Des chants latins s’élevèrent en effet dans la nuit. Ils reconnurent un Ave Maria Stella modulé sur un air très ancien, mais ne découvrirent aucune forme, aucun fantôme, ni d’ailleurs aucun être vivant. Les chants s’élevaient, comme soudant de terre, et on imagine comment l’expédition guerrière se transforma en débandade précipitée.

Le drame, authentifié en ce temps-là, fut que tous les participants à cette exploration aventureuse eurent, par la suite, des accidents plus ou moins graves. Depuis, lorsque surviennent les nuits fatidiques, chacun utilise différents moyens pour ne pas risquer d’entendre, et donc de devenir la proie de cette sorte de malédiction.

Certains scientifiques, interrogés, arguèrent qu’il pouvait exister dans les gorges de Pierre-Lys, un phénomène d’orgues phonolithiques revêtant l’aspect de chants, sans pouvoir pour cela tenter d’expliciter le pourquoi de ces sons uniquement aux dates précitées. D’autres n’ont pas exclu un phénomène métapsychique, et ont rétorqué que, sur les lieux où de nombreuses personnes ont péri de mort violente, il peut se produire une imprégnation provoquant des phénomènes analogues à ceux que l’on trouve dans les maisons hantées.

Quoi qu’il en soit, plus personne, à notre connaissance ne s’est vanté de s’être hasardé de renouveler l’expérience de 1910. Les moines chantants ne sont pas près d’être débusqués, et la sarabande des nuits fatales se perpétue sans qu’il se trouve un audacieux pour la troubler.


les bergers d'Arcadie

Inscrivez vous à notre

> Newletter <

celestin V

Rechercher dans le site :

boutique esoterique
--- La Boutique du Mystere ---

Site créé avec Jimdo

- Pages vues depuis le 04/11/2012 :

compteur de visites gratuit

- Visiteurs depuis le 04/11/2012 :


péchés capitaux
paranormal

Les incontournables ! :

Esprit de la nature
Asmodée
Garache

Celtic Dream :

Les musiques du site

Télépathie
Esprit de la nature

Espace Pub :

AléHoé ! Annuaire Aléhoé. Magie, Esotérisme, Mystère, Paranormal.
Referencement
Google PageRank Checker Powered by MyPagerank.Net